07.07.2017, 00:01  

La fusion comme meilleure solution

Abonnés
chargement
Les clubs de Saint-Prex et Morges ont décidé d’unir leurs forces et auront une équipe qui évoluera en LNB dès cet automne.

 07.07.2017, 00:01   La fusion comme meilleure solution

BASKETBALL - Morges et Saint-Prex ont marié leurs forces pour créer une entité solide. Les Red Devils ont obtenu le droit de jouer en LNB la saison prochaine.

florian sägesser

florian.saegesser@lacote.ch

Le BBC Nyon a perdu contre Vevey Riviera Basket, promu en LNA, mais s’est découvert un nouveau rival. Petit dernier arrivé sur la scène orange, Morges - Saint-Prex Red Devils Basket disputera le championnat de LNB dès la saison 2017-2018. Une entité née de la fusion entre les deux clubs, qui militaient, pour Morges, en ligue...

florian sägesser

florian.saegesser@lacote.ch

Le BBC Nyon a perdu contre Vevey Riviera Basket, promu en LNA, mais s’est découvert un nouveau rival. Petit dernier arrivé sur la scène orange, Morges - Saint-Prex Red Devils Basket disputera le championnat de LNB dès la saison 2017-2018. Une entité née de la fusion entre les deux clubs, qui militaient, pour Morges, en ligue cantonale, pour Saint-Prex, en 1re ligue. Encore fallait-il obtenir la dérogation de Swiss Basketball pour évoluer en seconde division: «Les quatre participants au Final Four du championnat de 1re ligue ont renoncé à évoluer à ce niveau de la compétition. Swiss Basketball a accepté la demande du club de Morges-Saint-Prex Red Devils Basket de pouvoir accéder à la LNB», explique la fédération, dans un communiqué, assurant ainsi un championnat à huit.

Derrière ce jumelage acté en quelques mois se cachent deux hommes: Alexis Margot, président de Saint-Prex, et Jean-Simon Allard, président de Morges Basket. Leur projet répond à une équation simple: regrouper les forces. «Le bassin de recrutement étant petit, on se marche dessus au niveau du sponsoring, il fallait trouver un club partenaire, souligne Alexis Margot. Finalement, la fusion était plus simple que le partenariat.» Jean-Simon Allard corrobore: «Avec les clubs voisins on avait l’impression de se cannibaliser, on va dès lors profiter de cette synergie.»

Une fenêtre de tir

Et reconstruire une entité susceptible de renouer avec l’histoire de ces deux clubs, membres pendant des années de la ligue nationale. La première pierre fut posée en février de cette année. «On s’est retrouvés autour de la table et de la même philosophie», confie Alexis Margot. Et les deux parties ont empoigné le taureau par les cornes. Ils ont profité d’un alignement des planètes. «Avec la fédération, on bénéficiait d’une belle fenêtre. Une opportunité à saisir pour obtenir la dérogation et la promotion en LNB, observe Jean-Simon Allard. C’était du win-win et pour nous, une belle vitrine, un tremplin.»

Tout s’est emboîté très rapidement. «J’ai une approche nord-américaine, où l’on se persuade que tout est possible, alors on fonce. Avec l’expérience d’Alexis (Margot) on a convaincu même les plus sceptiques, il fallait battre le fer pendant qu’il était chaud», expose Jean- Simon Allard avec son accent québécois. A la tête du Morges Basket depuis septembre de l’année dernière, l’homme a porté et poussé le «bébé»: «On est en train de l’accoucher.»

Un calendrier serré

Du côté des Red Devils, l’été sera donc bien rempli. «Le calendrier joue contre nous, avec les vacances», concède Jean-Simon Allard. Les tâches s’empilent. «Tout le travail de sponsoring se fait maintenant. Il faut également finaliser la première équipe (ndlr: les joueurs toquent à la porte) et stabiliser le tout», énumère Alexis Margot, qui assurera, avec son compère morgien, la coprésidence de cette nouvelle structure. Le budget alloué à la première équipe se montera à 90 000 francs; Michel Perrin – ancien coach des Lions de Genève et actuel entraîneur de Saint-Prex – prendra les rênes de la LNB; le mouvement jeunesse sera, lui, renforcé. «La fusion, cela permet de regrouper les forces également au niveau des mouvements jeunesse, avec des groupes plus adaptés à leurs niveaux, avec davantage de flexibilité», lâche Jean-Simon Allard.

Malgré l’inconnue de l’an 1, au niveau sportif, Morges - Saint-Prex visera «le premier wagon», comme le stipule Alexis Margot, «pour vivre un championnat intéressant». Très enthousiaste, Jean-Simon Allard se réjouit, pour sa part, des confrontations avec le BBC Nyon: «Des derbys dans une ambiance folle, promet-il. Une saine rivalité va s’installer.»


Vous avez lu gratuitement
une partie de l'article.

Pour lire la suite :

Profitez de notre offre numérique dès Fr 2.- le 1er mois
et bénéficiez d'un accès complet à tous nos contenus

Je profite de l'offre !
Top