20.12.2014, 15:00

Des militants occupent l'Eglise St-Laurent pour soutenir les expulsés

chargement
Cinquante personnes ont occupé l'Eglise St-Laurent, à Lausanne.
Par ATS

Lausanne Des militants ont pris possession de l'Eglise St-Laurent à Lausanne durant quelques heures. Ce groupe d'une cinquantaine de personnes s'est mobilisé pour soutenir les migrants menacés d'expulsion.

Une cinquantaine de personnes ont occupé l'Eglise St-Laurent à Lausanne pendant quelques heures samedi pour rappeler que pour beaucoup de migrants les fêtes de Noël se passeront dans la peur d'être expulsés. Une pétition adressée au Conseil d'Etat vaudois a été lancée.

Le texte demande au gouvernement un moratoire sur tous les renvois en Italie des demandeurs d'asile. Tous ces cas doivent être réexaminés en fonction de la récente jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH), souligne Michaël Rodriguez, membre du Collectif du 20 décembre, qui rassemble des groupes de défense des migrants.

Malgré la promesse de tenir compte de cet arrêt, les autorités vaudoises continuent de traquer les demandeurs d'asiles passés par l'Italie afin de les renvoyer dans ce pays. Pour nombre d'entre eux, Noël se passera entre les murs d'un bunker ou d'une prison administrative dans la crainte d'être renvoyés.

Refuge nécessaire

Le Groupe du 20 décembre rappelle la nécessité d'ouvrir un refuge. Les plus faibles devraient être en sécurité dans les églises, relève M. Rodriguez. Or le problème est que ces dernières essaient de convaincre les migrants de retourner en Italie. Leur hiérarchie n'a pas conscience de la gravité de la situation, souligne-t-il.

Par cette occupation provisoire, le groupe du 20 décembre leur demande de servir de refuge à des personnes concrètement en danger. "C'est un premier coup de semonce. On donne l'occasion aux paroisses de se réveiller".

La mobilisation des défenseurs des migrants fait également suite à une "perquisition choquante" menée début décembre chez une militante soupçonnée de cacher une famille de requérants. Devant cette criminalisation de la solidarité, quelque 400 personnes ont signé un appel à la désobéissance, parmi lesquelles une trentaine de députés et le cinéaste Fernand Melgar, relève Michaël Rodriguez.

Menacées de renvoi

De leur côté, les Eglises réformée et catholique ont annoncé qu'elles invitaient la population à un cercle de silence mercredi à 10 heures à la même Place St-Laurent à Lausanne, en solidarité avec les familles à la recherche d'une terre d'accueil et en passe d'être renvoyées en Italie. Un recueillement suivra à l'église réformée, celle qui a été occupée samedi pendant quelques heures.

Dans le canton de Vaud, plusieurs centaines de personnes, dont près de 200 Erythréens, sont actuellement menacées de renvoi vers l'Italie, selon le collectif "Droit de rester". En novembre, la CEDH avait désavoué la Suisse qui voulait refouler une famille afghane dans ce pays.


 
 


Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

Top