27.04.2018, 10:54

Il y a 40 ans, Berne autorisait les seins nus aux bains publics

chargement
Dans les années 80, les bains du Marzili, en pleine ville de Berne, sont devenus la Mecque du "topless". Ici la sculpture "Hommage à Nicola Zaric" exposée à la piscine extérieure de Marzili en octobre 2017.

Baignade Le 23 janvier 1978, la Cour suprême bernoise invitait le commandement de police à renoncer à poursuivre d'office les femmes en costume de bain "sans haut". Une belle entorse à la législation de l'époque.

Depuis 40 ans, les femmes sont autorisées à évoluer seins nus dans les bains publics de Berne. En 1978, la justice bernoise décidait de ne plus considérer cette nudité partielle comme une grave infraction à la moralité.

Dans une missive du 23 janvier 1978, la Chambre d'accusation de la Cour suprême bernoise invitait le commandement de police à renoncer à poursuivre d'office les femmes en costume de bain "sans haut". Ceci "au vu de l'évolution des conceptions juridiques".

Ce faisant, la Cour suprême se détournait d'une directive de 1964 qui recommandait de sanctionner le découvrement des seins, considéré comme un acte obscène. Tout au plus pouvait-il être reproché à ces femmes "une conduite inconvenante".

Berne devance Zurich

De nombreuses femmes ont pris à coeur cette nouvelle liberté, bien que l'été 1978 se soit révélé plutôt maussade. Les bains du Marzili, en pleine ville de Berne, sont devenus la Mecque du "topless". Des titres du journal populaire Blick - comme "Busen vor dem Bundeshaus" (seins nus devant le Palais fédéral) - ont attiré sur les lieux la gent masculine, munie de caméras.

 

Après les années 1980, l'engouement pour le topless est retombé. Depuis, peu de femmes enlèvent le haut aux bains publics. Keystone

 

Les maîtres-nageurs ont parfois eu à intervenir lorsque les femmes se sentaient trop importunées par les voyeurs. Des bobines de film ont même été détruites.

La Neue Zürcher Zeitung relatait la nouvelle mode du Marzili avec plus de sérénité, y voyant un signe d'ouverture de la société. Seule irritation sur les bords de la Limmat: le fait que les Bernois aient réagi plus vite que les Zurichois.

Charge symbolique

Après les années 1980, l'engouement pour le topless est retombé. Depuis, peu de femmes enlèvent le haut aux bains publics, hormis dans les zones réservées comme le "Paradiesli" du Marzili, où une nudité totale est de mise. De hauts murs protègent des regards indiscrets.

Le topless n'est jamais devenu cette évidence naturelle espérée par les mouvements féministes, expliquait l'historienne Caroline Arni en 2016 à la NZZ. La poitrine féminine est si chargée symboliquement "qu'on exprime toujours quelque chose, qu'on la couvre ou pas".

Initiative UDF

En janvier 1979, l'UDF (Union démocratique fédérale) déposait une initiative munie de 15'000 signatures. Le texte demandait de sanctionner les femmes dénudant leur poitrine en public.

En mars de l'année suivante, par 89 voix contre 55, le Grand Conseil bernois déclarait l'initiative non valable à cause d'un vice de forme: les initiants avaient manqué de formuler la sanction requise.

ATS

Résumé du jour

Ne ratez plus rien de l'actualité locale !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez chaque soir toutes les infos essentielles de la journée!

Recevez chaque soir les infos essentielles de la journée !

À lire aussi...

ROMEDes militantes Femen sont apparues topless durant l'Angelus de Benoit XVIDes militantes Femen sont apparues topless durant l'Angelus de Benoit XVI

ConseilsBaignade: quelles sont les précautions à prendre pour passer un été sans danger?Baignade: quelles sont les précautions à prendre pour passer un été sans danger?

frissonsChutes Victoria: baignade dans la "piscine du diable"Chutes Victoria: baignade dans la "piscine du diable"

Baignade dans la "piscine du diable"

Au sommet des chutes Victoria, entre la Zambie et le Zimbabwe, des touristes cherchent le grand frisson en s'offrant...

  18.08.2015 15:06

Top